Les mineurs chiliens demandent la retraite anticipée

Catégorie:

Le 5 août 2010, 33 mineurs étaient bloqués dans une mine chilienne. Leur sauvetage, grande cause nationale, a eu lieu 69 jours plus tard. Mais si tous sont remontés vivants, peu semblent surmonter les séquelles de leur enfermement. Ils ont demandé au gouvernement une pension permettant à 14 d'entre eux de prendre une retraite anticipée.

Les 14 mineurs concernés sont les plus âgés - plus de 49 ans - et les plus malades. Plusieurs souffrent de séquelles psychologiques: ils ont peur de rester seuls, d'aller se coucher, ont des crises d'angoisse. Au moins trois sont également atteints de silicose, après 69 jours à 40ºC et 90% d'humidité (apparemment, ces facteurs contribueraient au dépôt du bioxyde de silice sur les poumons).

Ils sollicitent donc une 'pension de grâce', laquelle peut être accordée par le président de la république à des personnes ayant rendu de signalés services à l'Etat, ou réalisé des actes méritoires au bénéfice du pays; ou encore des personnes affectées par un accident ou une catastrophe dans des circonstances extraordinaires (là, ça doit marcher; et puis ces mineurs ont aussi assuré au pays une visibilité médiatique sans comparaison depuis... 1973, disons); ou enfin des personnes dans l'incapacité de travailler et assurer ainsi leur subsistance et celle de leur famille, pour cause de maladie, invalidité, vieillesse ou 'tout autre cause dûment justifiée' (euh, là, ça doit faire plein de gens, non?). Dernier point, le président de la république peut lui-même demander l'attribution d'une de ces pensions à quelqu'un.

La demande de cette 'pension de grâce', est à l'étude au Ministère de l'Intérieur, qui indique que son montant n'est pas défini; à titre indicatif, des mineurs du charbon ont obtenu une pension de grâce de 425 dollars l'an passé.

Pour Luis Urzua, celui des mineurs qui avait pris la direction de l'équipe engloutie, ces pensions ne sont qu'une compensation pour les souffrances subies, et n'ont pas vocation à éteindre des poursuites judiciaires contre l'Etat chilien qui n'a pas veillé au respect des normes de sécurité dans la mine.

Mise à jour 31/08/2011. Les 14 mineurs ont obtenu la pension demandée. Ils toucheront désormais l'équivalent de 530 dollars mensuels. Lire plus

NB. Je sais: au Chili en ce moment, c'est la question de l'éducation qui fait l'actualité. Dès que j'ai compris les tenants et les aboutissants, je tâche de vous en parler.