Le Chili l'a fait: payer pour travailler

Catégorie:

Roberto Pizarro, économiste de l'Université du Chili, ex-doyen de la faculté de Sciences Economiques de cette université et ex-ministre de la Planification, s'en offusque dans América Economía: il a rencontré des étudiants qui payent pour travailler.

L'on commencera par féliciter cet ex-ministre de fréquenter les hypermarchés de distribution alimentaire, puisque c'est au détour d'une caisse de la chaîne Lider qu'il a croisé des étudiants qui empaquettent les marchandises des clients, ceux-ci les gratifiant - ou non - d'un pourboire en remerciement.

Pour avoir la possibilité d'obtenir cet éventuel pourboire - nous ne parlons pas de salaire, n'est-ce pas - les étudiants ont quelques menues dépenses à assumer: pratiquement un dollar pour 3h de présence, sans compter les frais de représentation: la chemise à 10 et le sweat-shirt à presque 20, fournis par une entreprise à laquelle la chaîne de distribution sous-traite la gestion de ce type de personnel.

Donc ces étudiants savent ce qu'ils payent, ne savent pas ce qu'ils vont gagner, et apparaissent comme travailleurs actifs dans les statistiques nationales.

Au moins, ils apprennent la vraie vie. Travailler plus pour gagner plus, on ne la leur fera pas, à eux.