Et la couche d'ozone dans tout ça

Catégorie:

Entre deux gaz à effet de serre, on reparle de la couche d'ozone en Bolivie, où le rayonnement ultraviolet est très fort en ce moment. Le gouvernement vient de décréter une alerte nationale.

Proche de l'équateur et en altitude (plus de 3.600 mètres), l'altiplano bolivien est particulièrement exposé aux rayons UV. De récentes pluies ont nettoyé le ciel, et la couche d'ozone amincie protège moins des rayonnements. Résultat: un indice de radiation qui flirte ces jours-ci avec le 18, quand aux Etats-Unis un indice de 11 est considéré comme extrême et justifiant l'arrêt de toute activité en plein air. De fait, selon les calculs des experts boliviens, il ne serait pas raisonnable de passer plus de huit minutes dehors sans protection entre 10h et 15h.

Sur l'altiplano, l'indice de radiation peut atteindre ponctuellement 21: ce n'est pas pour autant que le pays va cesser de vivre. Mais l'augmentation des radiations aura certainement des répercussions de santé publique dans les prochaines décennies.

Cette question inquiète également le Chili, globalement situé à une altitude moindre, mais dont le nord reçoit des radiations assez directes, et dont le sud est plus exposé au 'trou' de la couche d'ozone. On calcule que le 'capital soleil' d'une personne lambda (la quantité de rayons que la peau peut absorber sans risque de cancer) est épuisé avant l'âge de 20 ans, du fait du comportement (exposition prolongée pour un joli bronzage...).