Y'en a un peu plus, je vous le mets quand même?

Catégorie:

Le Péruvien est sourcilleux, surtout lorsqu'il est président, mais il faut reconnaître à sa décharge qu'Evo Morales fait tout pour le fâcher.

Les accusations de Morales de génocide lors des affrontements entre Indiens (péruviens) et forces de l'ordre (péruviennes aussi) avaient passablement énervé la population non indienne du pays. L'opinion publique grondait sourdement en attente d'excuses. Eh bien pas du tout: Evo persiste et signe. Non, il ne présentera pas d'excuses à son homologue péruvien, mais en prime c'est à celui-ci de s'excuser d'accorder sa protection à trois ministres de l'ancien président Gonzalo Sánchez de Lozada, lui-même réfugié aux Etats-Unis après avoir précipitamment quitté le pouvoir en pleine guerre du gaz (70 manifestants tués). Tous sont actuellement jugés par contumace à La Paz pour crimes contre l'humanité.

Et histoire d'être sûr d'être bien fâché, ce qui est toujours positif lorsqu'on est voisins et qu'on a des intérêts liés dans une association commune, en l'occurrence la Communauté Andine des Nations (CAN) - dont le Pérou assure la présidence tournante depuis le 1er juin-, le dirigeant bolivien a conclu que depuis que George Bush n'était plus président, le pire chef d'Etat du monde était Alan García. Et bien le bonjour à votre dame.

NB. Pour l'ONU, le terme de génocide ne s'applique pas ici.