Les méthodes politiques argentines débarquent en Espagne

Catégorie:

Tags:

Ca s'appelle du benchmarking politique: on regarde ce qui marche ailleurs, et on le reprend. Le Parti Populaire espagnol s'inspire donc de la méthode de Cristina Fernández de Kirchner (et d'autres avant elle) pour remplir ses meetings de campagne.

En Argentine, un T-shirt, un sandwich, quelques dizaines de pesos et hop vous avez un candidat pour assister au meeting. Vous le collez dans un car, il roule pendant des heures, il va au meeting, il fait ce qu'on lui dit (applaudir, essentiellement), vous le recollez dans le car et les caméras auront filmé un stade plein à craquer. Parce qu'évidemment, vous ne l'amenez pas tout seul, vous en prenez des centaines.

En Espagne, un T-shirt neuf ne suffit probablement pas à motiver les troupes, il faut finasser un peu. Par chance, c'est la crise et il y a quantité de gens désoeuvrés dans les rues... ou dans les agences pour l'emploi...

Vous proposez donc un contrat de récolte de l'ail, début le 13 juin, à une quarantaine d'immigrants latinoaméricains tout heureux de l'offre. Puis vous les recontactez un peu plus tard en leur disant qu'il y a une condition: ils doivent assister à une réunion avec leur famille. Là, c'est comme au-dessus: vous les embarquez dans deux cars (ça faisait une centaine de personnes), vous les envoyez au meeting (en Espagne, c'est dans une arène, pas dans un stade), etc.

Et après? Ha ha! Vous faites savoir au centre pour l'emploi des immigrants que finalement l'employeur ne veut embaucher que des Espagnols... le meeting est passé et le tour est joué. C'était le meeting de Valence, le 2 juin, et reconnaissez que ça avait l'air bien plein.

Attention, notez bien. Il ne faut pas que ça se sache, sinon ça fait désordre.

L'info dans: El País (centre gauche) - El Mundo (centre droit) - Público (gauche)