Un des bourreaux de Victor Jara a été arrêté

Catégorie:

36 ans après la mort du chanteur, victime emblématique du coup d'Etat de Pinochet, la justice poursuit plusieurs des membres du peloton d'exécution.

Arrêté comme des milliers d'opposants potentiels dans les jours qui ont suivi le coup d'Etat du 11 septembre 1973 contre Salvador Allende, détenus comme eux dans le stade national de Santiago, Víctor Jara a été reconnu par les soldats qui l'ont torturé, s'en prenant notamment à la langue et aux mains du chanteur et guitariste, avant de le cribler de balles. (Voir témoignage de l'écrivain Miguel Cabezas dans le journal L'Humanité).

L'enquête avait pourtant été close en 2008, faute d'éléments probants, disait la justice qui ne poursuivait alors que l'officier responsable du stade. Les plaignants et notamment la veuve de Víctor Jara, Joan, ont réussi à obtenir un supplément d'enquête, qui a permis de retrouver une partie des exécuteurs: en l'occurrence deux conscrits, âgés de 18 ans au moment des faits. El País consacre un long article à ce progrès de l'enquête.

Une des grandes chansons de l'auteur-compositeur: Manifiesto.