Six bonnes raisons de voir El Ministerio del Tiempo

Catégorie:

Tags:

La télévision publique espagnole, TVE, a lancé fin février El Ministerio del Tiempo. Une série de science-fiction qui est une vraie bonne surprise dans la production nationale. J’ai trouvé six bonnes raisons de la voir. 

1. L’histoire est originale et bien construite

Depuis l’époque de la reine Isabelle la Catholique, les Espagnols détiennent le secret du voyage dans le temps, grâce au rabbin Abraham Levi qui l’a offert à la reine en échange de sa protection, en plein âge d’or de l’Inquisition et de la chasse aux hérétiques.

Fondé depuis lors, le Ministère du Temps, un ministère secret, a recruté des équipes qui voyagent à travers le temps pour empêcher que d'aucuns ne détournent l’histoire à des fins personnelles.

2. Le choc des cultures

On suit en particulier un trio attachant: Amelia Folch, une des premières femmes universitaires, qui vient de la Barcelone des années 1880 ; Julián Martínez, un secouriste du SAMU de notre époque, et Alonso de Entrerríos, un soldat de l’armée de Flandres, du XVIè siècle. Les personnages ont une épaisseur qui s’approfondit à chaque épisode, et réagissent diversement face aux changements de la société.

Les autres employés du Ministère sont très intéressants aussi. Depuis l’austère Ernesto, dont on ne sait avant l’épisode 4 qui il est ni d’où il vient (je vous le laisse découvrir), à Velásquez en génie monomaniaque qui veut absolument rencontrer Picasso, en passant par le sous-secrétaire aux missions spéciales, Salvador Martí, ils enrichissent véritablement l’histoire. Bon, j’avoue avoir plus de mal avec Lola Mendieta, la méchante du scénario, l’ex-agent du ministère qui a tourné casaque.

3. L’Histoire et la culture

La série est le prétexte pour revisiter de grandes périodes historiques et découvrir ou mieux connaître de grands personnages. L’occasion aussi de faire de nombreuses références à la culture espagnole : littérature, peinture… Pêle-mêle, on croisera Isabelle la Catholique, le grand inquisiteur Torquemada, Lope de Vega, Federico García Lorca, Picasso, el Empecinado - l’homme qui inventa la guérilla contre les armées napoléoniennes -, Franco…

On (re)verra La reddition de Breda, Les Ménines et Guernica ; on entendra des extraits des oeuvres de Lope de Vega, on assistera à un concert de Leño, un groupe de rock madrilène des années 80.

4. Les références et les messages

Il y a de nombreuses références à l’actualité à travers les différents voyages dans le temps, et beaucoup d'humour. Les fonctionnaires du Ministère se plaignent régulièrement des effets désastreux des coupes budgétaires. La misère de l’après-guerre civile espagnole est mise en parallèle avec celle d’aujourd’hui. Le sous-secrétaire s’emporte contre les Américains qui auraient privatisé les voyages dans le temps : comme si on privatisait la santé ou l’éducation. Bah justement, à bien y penser…

Il y a aussi des messages plus ou moins finement amenés mais qui ne font pas de mal : sur l’enrichissement personnel que permet la lecture et l’intérêt pour la culture ; sur l’égalité hommes-femmes (Amelia s’émerveille que Julián débarrasse la table après le repas ; celui-ci répond qu’au XXIè siècle, un homme qui ne le fait pas est mal vu. Je doute un peu.) et bien d’autres encore. Des clins d’oeil généralement amusants, mais qui parfois requièrent une consultation de Wikipedia.

5. Aspects pratiques

On peut voir les épisodes à la demande quelle que soit sa localisation géographique, alors que d’autres programmes de TVE sont inaccessibles si l’on ne réside pas en Espagne.

D’autre part, les vidéos de TVE sont désormais accessibles pour les sourds et les malentendants, grâce aux transcriptions. En plein écran, le sous-titrage en espagnol peut être une aide fort utile pour mieux suivre.

6. Et pour mes étudiants en particulier...

Cela fait déjà 5 à 7 semaines que les cours d’espagnols sont finis, on ne reprend qu’en septembre, c’est une façon plutôt sympathique d’entretenir un peu votre niveau de langue tout en faisant des découvertes culturelles.

J'aurais encore énormément de choses à vous dire sur cette série, mais on va faire autrement : regardez-la, et on en reparle à la rentrée.

Sans attendre davantage, voici le premier épisode : El tiempo es el que es.