Quand la nature complique un conflit frontalier

Catégorie:

La sédimentation et de récents séismes ont provoqué une montée du fleuve Colorado, au Costa Rica. Mais le fleuve frontalier San Juan, sous la souveraineté du Nicaragua, en reçoit moins. Or c'est ce fleuve qui doit servir de base au projet de canal transocéanique nicaraguayen.

Ce sont des habitants qui l'ont constaté, puis des géologues l'ont confirmé: le débit du fleuve Colorado, au nord-est du Costa Rica, augmente. Au fil des années, les bras du fleuve se sont élargis, deux d'entre eux devenant des canaux navigables. Le géologue Lepolt Likimer, du Réseau Sismologique National, l'attribue à la sédimentation progressive du fleuve San Juan, qui donne naissance au Colorado en s'approchant de la Mer des Caraïbes - il devient un delta. C'est ce même fleuve San Juan que le Nicaragua a décidé de draguer il y a trois ans, créant des tensions avec le Costa Rica.

Mais les répliques au séisme de la mi-septembre se sont étendues jusqu'à l'est du pays, y compris au nord-est, où les géologues ignoraient la présence de micro-failles. Face aux soixante-trois séismes survenus en deux semaines, ils reconnaissent cependant que le déplacement des plaques tectoniques peut avoir un effet sur le ruissellement des eaux. La faille nouvellement identifiée est parallèle au nouveau bras du San Juan, que les locaux appellent Caño Bravo.

L'île Calero est donc sous surveillance des géologues, ainsi que le San Juan, dont le débit, selon eux, devrait continuer à diminuer.

Ce qui risquerait de poser un sérieux problème politique: le Nicaragua a déclaré que le Costa Rica devrait partager ou donner un accès au Colorado.