Pérou: d'un conflit minier à l'autre

Catégorie:

Le conflit autour de la mine Conga n'est toujours pas éteint, et depuis dix jours un cas assez proche - mais celui-ci largement relayé par la presse francophone -, celui de l'entreprise suisse Xstrata, dans la région de Cusco.

Dans le cas de Cajamarca (projet Conga) comme dans celui de Espinar (entreprise Xstrata), la population se révolte pour préserver ses ressources en eau: des lagunes qui doivent être asséchées à Conga, deux rivières polluées à Espinar.

Dans les deux cas aussi, les populations revendiquent implicitement ou explicitement une répartition plus équitable des bénéfices générés par les mines, alors que ce sont eux qui continueront à vivre sur place quand les entreprises minières - toutes étrangères - seront reparties une fois les veines vides. A Espinar, Xstrata reverse 3% de ses bénéfices - soit 30 millions de dollars chaque année - à la commune dans le cadre d'un "apport volontaire". Le maire d'Espinar demande que cet apport volontaire passe à 30%, ce que refuse l'entreprise, arguant du fait que la réalisation du projet Antapaccay (destiné à prolonger la "vie utile" de la mine Tintaya) entraînera une augmentation des bénéfices et donc du montant reversé à la population. Accessoirement elle considère que céder serait un "précédent néfaste". Dans le cas de Cajamarca, le gouvernement national a suggéré à la compagnie Yanacocha un certain nombre de mesures qui bénéficieraient aux populations locales, afin de faciliter l'acceptation du projet.

Dans les deux cas toujours, l'état d'urgence a été décrété pour un mois pour bloquer les mobilisations et garantir l'activité économique, et les leaders des mobilisations (l'activiste Wilfredo Saavedra à Cajamarca, le maire à Espinar) ont été arrêtés. A Cajamarca, ça n'avait pas calmé le jeu: une partie de la population rejette toujours le projet de développement minier, et de son côté Isaac Humala, le père du président, met de l'huile sur le feu en soutenant le mouvement et en traitant le premier ministre d'idiot. Ambiance assurée!

 

Articles en français sur Xstrata (beaucoup dans la presse suisse, évidemment, mais pas seulement):

 

Photo: message sur le rideau de fer d'une boutique à Quito (Equateur): "Fermez les mines, que le dernier éteigne la lumière". MC