Paraguay: un successeur pour Lugo

Catégorie:

La coalition des petits partis de gauche et de centre-gauche a nommé son candidat en vue de l'élection présidentielle d'avril 2013: c'est donc un pédiatre de 58 ans, Anibal Carrillo Iramain, qui reprendra le flambeau de Fernando Lugo, élu en 2008 et destitué en juin dernier.

Le jeudi 8 novembre, le Frente Guasú - nom de la coalition de gauche - a confié à un militant syndical de longue date la responsabilité de mener la bataille de la présidentielle. Le journaliste politique Eduardo Arce fait pour BBC Mundo le portrait de Carrillo Iramain: une figure de centre-gauche, assez proche de ce que Lugo avait pu représenter en 2008, avec une longue histoire d'opposition à la dictature de Stroessner, puis aux forces armées et enfin au Parti Colorado. Il est également doué d'un caractère conciliant et pense que le capitalisme peut être réformé.

Cependant, les observateurs ne lui donnent guère de chance de parvenir à la présidence: pour Arce, il manque de charisme, et pour Francisco Capli, directeur d'un des principaux instituts de sondage du pays, il est inconnu du grand public. Les enquêtes d'opinion du moment placent en tête le candidat du Parti Libéral (celui de l'actuel président et ancien allié circonstantiel de Lugo) suivi du candidat potentiel du Parti Colorado, dont le choix aura lieu en décembre. La gauche pourrait rassembler 15% des voix, mais d'après Capli, Carrillo Iramain pourrait aussi ne pas dépasser 5%. Un avis qui est peut-être à nuancer, car sa qualité de candidat va lui donner désormais davantage de visibilité, quand Efrain Alegre - pour le Parti Libéral - et Horacio Cartes - un entrepreneur dont certaines sociétés sont mises en cause par la DEA dans le blanchiment d'argent, pré-candidat du Partido Colorado - évoluent de longue date dans l'arène publique.

Pour sa part, l'ex-président Lugo entend bien se présenter au Sénat, où il a de bonnes chances d'élection. Cela lui permettrait de retrouver un certain nombre de confrères qui ont en leur temps voté pour sa destitution. Les pauses risques d'être animées!