L'Espagne rapatrie les migrants de la Isla de Tierra

Catégorie:

Un petit tour et puis s'en vont... L'Espagne a fait appel à un accord bilatéral de réadmission pour remettre aux autorités marocaines les occupants clandestins de l'Île de Terre: un signal fort à destination des autres candidats et des mafias d'immigration.

Le temps que l'Espagne trouve le moyen de tuer dans l'oeuf une nouvelle filière potentielle d'émigration, soixante-huit personnes avaient rejoint sur l'îlot les treize migrants qui y avaient abordé le jeudi précédent.

L'assaut a été donné à l'île la nuit dernière: la garde civile a pris en charge dix personnes - deux femmes et des enfants - et reconduit tous les autres en zodiac sur la plage marocaine, à quelques dizaines de mètres seulement. Quelques heures ont suffi à transborder les migrants, tous subsahariens, jusqu'au territoire alaouite.

Là les attendaient des soldats, des policiers et des gendarmes marocains, ainsi que les bus blancs bien connus qui servent habituellement à reconduire les migrants à la frontière algérienne, et l'une ou l'autre fois à les abandonner dans le désert.

Une affaire rondement menée, un "succès" pour le délégué du gouvernement espagnol à Melilla, un viol de la loi sur les étrangers pour les ONG de défense des droits de l'homme: aucun des migrants n'a pu solliciter le droit d'asile, alors que la législation le prévoit. Selon les ONG sur place, un certain nombre des migrants remis au Maroc sont des ressortissants maliens, nationalité pour laquelle l'Espagne accorde précisément l'asile.

La coopération marocaine a été prompte et efficace; j'attends de voir quelles contreparties l'Espagne accordera en remerciement de cette si diligente collaboration.

Voir l'infographie réalisée par El País (ce journal adore les infographies) / la galerie photo