Le premier tramway andalou migre en Australie

Catégorie:

Le tramway de Vélez-Málaga, déficitaire, est à l'arrêt depuis juin 2012. A la demande de son fabricant, les trois rames seront louées à Sydney pour deux ans.

Vélez-Málaga compte environ 77.000 habitants et a la particularité d'être bipolaire: le centre urbain est situé à quelques kilomètres du centre côtier, Torre del Mar, devenu station balnéaire.

Pour faciliter les déplacements et allier développement et écologie, la municipalité, alors socialiste, sollicite la région andalouse pour l'aider à créer un tramway, le tout premier dans cette communauté autonome. En 2002, en pleine euphorie économique, le gouvernement andalou - la Junta - accepte d'investir les trente-deux millions d'euros nécessaires à la construction d'une ligne de 4,7 kilomètres. La commune, pour sa part, achètera les rames et prendra en charge leur entretien.

Le premier tronçon est inauguré en octobre 2006, et la première année d'exploitation est correcte: 922.000 voyageurs, deux cents mille de moins qu'escomptés. Pas de chance pour la ville: la crise des subprimes a éclaté aux Etats-Unis à l'été 2007, et le secteur immobilier espagnol est très vite touché par le défaut de crédit des banques. Au fil des ans et de la progression de la crise économique, la fréquentation du tramway diminue, laissant un déficit annuel d'1.1 million d'euros. En 2011, le Parti Populaire remporte les élections municipales et envisage très sérieusement l'interruption de la ligne, qui se fera à l'été 2012. Un deuxième tronçon de 1,2 kilomètres, achevé entretemps, n'aura jamais été mis en service.

Alors que les rames attendent bien gentiment au dépôt, leur fabricant, la CAF, remporte en août 2012 le contrat d'équipement de Sydney: dix-huit tramways demandés. Il propose alors à Vélez-Málaga de louer ses trois rames à la ville australienne, ce qui représentera annuellement 80.000 euros d'économie en frais d'entretien, et lui rapportera un loyer de 200.000 euros. La municipalité saute sur l'offre: les rames, redécorées selon les demandes du client, embarqueront pour l'Océanie pour une période de deux ans, les deux premières dès le mois prochain. Mais, le maire l'a promis: ce n'est pas la fin du tramway; si la situation économique le permet, ce moyen de transport sera réhabilité. Un jour. Peut-être...

D'ici là, les habitants de Vélez-Málaga pourront toujours suivre à pied la ligne désaffectée du tramway, assurément une bien jolie balade pour aller à la mer.

NB. Il est fascinant de constater que, selon les sources, la longueur de la ligne varie. Pour les uns, le premier tronçon est de 4,7 km (pour La opinión de Málaga), pour les autres c'est la ligne complète (pour El País, ici, par exemple. , il atteint même 4,8km). Seul point d'accord: le second tronçon mesure 1,2 km.

Même chose pour l'investissement: il varie de 32 à 40 millions. Une paille. Ou 8 millions pour le deuxième tronçon? Enfin, une des sources que j'ai consultées affirme que la municipalité n'a pas payé les rames à CAF, une autre que la ville loue lesdites rames à CAF. En parlant de rames...