Incendies chiliens: le gouvernement accuse les indiens Mapuche

Catégorie:

Alors que les incendies ont ravagé plus de 55.000 hectares dans le centre et le sud du Chili, le gouvernement accuse les indiens Mapuche d'avoir allumé des foyers, notamment là où six pompiers ont trouvé la mort au cours des derniers jours.

Les Mapuche, une ethnie araucane qui a résisté à la colonisation espagnole, est une épine dans le pied des gouvernements chiliens successifs. Alors que ce pays a ratifié en 2008 la convention 169 de l'OIT sur les droits des peuples premiers, les Mapuche qui défendent leurs terres ancestrales ont toujours été vus comme des empêcheurs de développer en rond. Ils vivent dans le centre-sud du Chili, où la population est faible et les ressources exploitables nombreuses, notamment les forêts et les rivières, et se battent notamment contre les projets de méga-barrages hydroélectriques qui inondent leurs territoires.

Aussi, ils sont considérés comme des terroristes intérieurs et régulièrement poursuivis, arrêtés et vivement découragés de continuer leur combat.

Et là où les pompiers voient des départs d'incendie accidentels probablement liés à la fabrication de charbon de bois, le gouvernement de droite n'a pas plus de doute sur les causes réelles de ces incendies que Chavez n'en a sur l'origine des cancers des présidents latinoaméricains: ces sauvages de Mapuche mettent le feu aux forêts, ce pétrole chilien.

Le ministre de l'Intérieur Rodrigo Hinzpeter pourrait difficilement être plus clair dans ses déclarations aux médias: "Le gouvernement dispose d'éléments qui d'ailleurs ont été exposés assez clairement dans la presse (tiens donc!) [qui laissent à penser que] tant cet incendie de Carahue [celui qui a coûté la vie aux pompiers] que d'autres dans la région du Biobio auraient été intentionnels. [...] Il y a quelques jours, un hélicoptère de lutte anti-incendie a brûlé. Et cet attentat terroriste a été revendiqué par la CAM [la Coordinadora Arauco Malleco, qui revendique l'autonomie pour le peuple mapuche]. Et à partir de là vous pouvez faire des conjectures et dire qui est derrière les autres incendies qui peuvent être intentionnels."

Avant de conclure, olympien, que ce n'est bien sûr pas du ressort du gouvernement d'identifier les coupables, que cette responsabilité revient à la justice. Oh, bah oui, maintenant elle va savoir où il faut aller chercher la justice, et surtout où il ne faut pas. Et ça fera de la place pour les multinationales de l'exploitation forestière, mais là, contrairement aux incendies, ça sera par pur hasard.