Filière d'immigration au Brésil

Catégorie:

Le gouverneur de l'état d'Acre, au Brésil, tire la sonnette d'alarme, alors que cet état frontalier est débordé par les arrivées de migrants organisées par des filières de passeurs.

Que la croissance brésilienne soit un facteur d'attraction n'est pas une surprise. Mais dans l'état d'Acre, frontalier du Pérou, on s'inquiète face aux afflux de migrants: plus d'un millier sur les quinze derniers jours.

Un certain nombre viennent d'Haïti où, trois ans après le séisme de magnitude 7, la situation n'est toujours pas revenue à la normale. Mais Tião Viana, le gouverneur d'Acre, alerte sur d'autres provenances plus surprenantes: le Sénégal, le Nigeria, la Lybie, le Maroc, le Bangladesh. Et les migrants expliquent avoir suivi des "routes", autrement dit il existe des filières payantes de migration.

Acre demande donc davantage de moyens à l'état fédéral, alors que son centre d'accueil de migrants, de 200 places, en héberge actuellement 1200. Et une plus grande collaboration est aussi attendue du Brésil et de ses voisins, en particulier le Pérou et l'Equateur. Le Brésil devrait d'ailleurs revoir sa politique d'accueil, en demandant aux migrants d'arriver avec un visa, au lieu de régulariser leur situation sur place.

A lire: Brasil crea fuerza especial para controlar inmigración en Acre

A voir: El coyote llega a la frontera brasileña

Source carte: Wikimedia Commons