Luis Bárcenas attaque le Parti Populaire pour licenciement abusif

Catégorie:

Le 31 janvier dernier, El País publiait les extraits de carnets de compte présentés comme les comptes secrets de l'ex-trésorier du PP, Bárcenas. Ce même jour, le parti mettait fin à des versements mensuels: Bárcenas l'attaque pour licenciement abusif, dont il affirme ne pas avoir eu de notification officielle.

Luis Bárcenas est entré comme salarié au Parti Populaire en 1982; il est progressivement monté en responsabilité jusqu'à être nommé trésorier en 2008 par le nouveau président, Mariano Rajoy. Puis l'affaire Gürtel éclate en février 2009, et le trésorier est écarté quelque temps après; du moins c'est ce qu'on affirme rue de Génova, au siège du parti. Lequel parti a rémunéré l'avocat de son ex-trésorier jusqu'à ce que les médias l'apprennent.

Récemment, on a appris que le PP avait également continué à payer la sécurité sociale de son ex-employé jusqu'à fin janvier 2013, de façon totalement illégale croyait-on; nouveau problème sur lequel la communication populaire a été très chaotique ("c'était une indemnisation différée, on n'aurait pas dû, on ne fera plus")..

C'est Luis Bárcenas qui a livré l'explication hier, en portant plainte pour un licenciement abusif qui serait intervenu… le 31 janvier. Depuis la fin de ses fonctions de trésorier en 2010, explique-t-il, il est devenu conseiller au sein du Parti Populaire, avec une rémunération brute mensuelle de 21.300,08 euros, primes comprises. Et a découvert à la mi-février, à un retour de voyage, que son employeur ne réglait plus les cotisations de sécurité sociale.

Face à ce renvoi forcé, non négocié et même pas notifié, Bárcenas se rebelle, et attaque son ex-employeur.

"Todo es falso", avait affirmé Mariano Rajoy à propos des accusations de "sursalaires", mais à ce point-là c'est hollywoodien.

(Ah, j'avais raté la réponse du PP à Bárcenas: vas-y, prouve-le. Je ne suis pas sûre que ce soit bien raisonnable?)