Populations

L'Espagne se prémunit contre les manifestations

Catégorie:

Le gouvernement du Parti Populaire devra faire passer de nombreuses mesures impopulaires pour satisfaire aux exigences de l'Eurogroupe et des marchés financiers, mais n'est pas disposé à supporter les probables manifestations de la population. Après la mobilisation des Indignés, les violences de Valence et les manifestations du 29 mars, jour de grève générale, la législation sera revue.

Mystérieuse épidémie de maladie rénale en Amérique Centrale

Catégorie:

Plusieurs milliers de travailleurs de la canne à sucre sont morts d'une insuffisance rénale en quelques années. Les origines de cette affection ne sont pas avérées, mais la situation prend des proportions de problème sanitaire dans les régions pacifiques du Nicaragua et du Costa Rica ainsi qu'au Salvador.

Cajamarca en état d'urgence

Catégorie:

Le président Humala a suspendu le projet Conga la semaine dernière, mais les mobilisations ne faiblissent pas: la population veut l'abandon pur et simple du projet qui provoquerait l'assèchement de plusieurs lagunes. Pris entre les revendications légitimes des habitants désireux de vivre dans un environnement sain et les engagements internationaux auprès des investisseurs, le président a décrété hier l'état d'urgence dans quatre départements de la région de Cajamarca. L'armée est chargée de rétablir le calme.

Pérou: l'opposition aux projets miniers fait tache d'huile

Catégorie:

Alors que le nouveau président Ollanta Humala se débat entre un second vice-président soupçonné de corruption et qui refuse de démissionner, d'une part, et la présomption d'un financement illégal de sa campagne électorale (voir l'excellent billet de Francine L'Hantoën), le principal syndicat du pays, la CGTP, retire son soutien au projet minier Conga, auquel le président est favorable.

Réouverture de l'affaire des stérilisations forcées au Pérou

Catégorie:

Le Parquet péruvien a rouvert voilà dix jours l'affaire des stérilisations forcées et massives qui ont eu lieu sous la présidence d'Alberto Fujimori. Si les victimes sont estimées à près de 300.000, l'affaire repart de la mort de l'une d'entre elle suite à l'opération, en 1998. Et est désormais considérée comme un crime contre l'humanité.

Pages

Subscribe to RSS - Populations