eau

Le Costa Rica ne veut pas entendre parler de la Cour Centraméricaine de Justice

Catégorie:

Le conflit frontalier entre Costa Rica et Nicaragua autour du fleuve San Juan est encore monté d'un cran. Le Nicaragua a dénoncé la construction d'une route frontalière côté costaricain devant la Cour Centraméricaine de Justice, laquelle vient d'ordonner au Costa Rica la suspension immédiate des travaux. Le Costa Rica répond qu'il n'a pas à se soumettre à un arrêt de la CCJ.

Cajamarca en état d'urgence

Catégorie:

Le président Humala a suspendu le projet Conga la semaine dernière, mais les mobilisations ne faiblissent pas: la population veut l'abandon pur et simple du projet qui provoquerait l'assèchement de plusieurs lagunes. Pris entre les revendications légitimes des habitants désireux de vivre dans un environnement sain et les engagements internationaux auprès des investisseurs, le président a décrété hier l'état d'urgence dans quatre départements de la région de Cajamarca. L'armée est chargée de rétablir le calme.

Conflit frontalier: la réponse du berger nica à la bergère tica

Catégorie:

Le Nicaragua demande au Costa Rica l'arrêt immédiat des travaux de construction d'une route frontalière côté costaricain. Mais sans savoir encore exactement quels arguments privilégier: préservation de l'environnement ou de la navigabilité du fleuve frontière San Juan?

Pérou: l'opposition aux projets miniers fait tache d'huile

Catégorie:

Alors que le nouveau président Ollanta Humala se débat entre un second vice-président soupçonné de corruption et qui refuse de démissionner, d'une part, et la présomption d'un financement illégal de sa campagne électorale (voir l'excellent billet de Francine L'Hantoën), le principal syndicat du pays, la CGTP, retire son soutien au projet minier Conga, auquel le président est favorable.

Le Costa Rica construit une route parallèle au fleuve San Juan

Catégorie:

Un an après l'invasion par le Nicaragua d'un territoire considéré comme leur par les Ticos, le conflit n'est pas résolu. Constatant que les objections diplomatiques élevées n'impressionnent en rien les Nicas, et appliquant la maxime "prudence est mère de sûreté", les Costaricains ont décidé de construire une route parallèle au fleuve, sur lequel ils sont pourtant en droit de naviguer, selon le traité binational de gestion du fleuve.

Pages

Subscribe to RSS - eau